Blu-ray & DVD -
THE CHEMICAL BROTHERS - Don't think
Un film d'Adam Smith
EMI - 1h30

C'est à la grande époque des raves et du clubbing, en pleine vague du "Big Beat", que les Chemical Brothers sont apparus, assénant quelques bombes de dance-floor imparables qui les mirent en orbite et façonnèrent leur légende.
Et ils ont beau approcher maintenant la quarantaine et avoir perdu quelques cheveux, les retrouver sur scène reste une expérience énorme.


On peut pourtant dire sans être trop méchant qu'on ne les attendait plus au mieux de leur forme : leurs derniers albums n'avaient pas vraiment convaincu, et ils étaient un peu passés au second plan de la scène électronique.

Néanmoins, les frangins chimiques n'avaient pas dit leur dernier mot, et ce "Don't think" remet les choses au clair : les Chemical Brothers en live, c'est tout bonnement dantesque !!!

Non contents d'asséner un best-of de leur morceaux en versions remaniées dans un mix ininterrompu, la mise en scène de leur show est complètement hallucinante, mettant en avant le côté psychédélique que les Brothers avait toujours revendiqué mais pourtant un peu délaissé ces dernières années.

Ecrans géants, animations vidéos, projections, éclairages, tout est là pour la grand-messe techno-rock, aboutissant à un trip incroyable, une montée en puissance d'une heure trente qui ne redescendra jamais (mais alors vraiment jamais), et aboutissant à une sorte de furie frénétique d'une énergie assez incroyable, qu'on ne verrait jamais dans un concert pop-rock classique !

Clairement, on parle bien ici d'une phénoménale montée d'adrénaline dont on ressort épuisé mais pleinement rassasié.

Difficile, dans ce cas, de vraiment catégoriser ce qui se déroule sous nos yeux : "Don't think" (qui fut d'ailleurs diffusé au cinéma) tient autant du pur spectacle et de l'expérimentation visuelle que du simple concert (d'ailleurs plus proche, en fait, d'un mix de DJ étant donnée la nature de la musique des Chemical Brothers).

De plus le fait que le responsable visuel et réalisateur du live, Adam Smith, collabore avec le groupe depuis leur quasi-débuts, entraine une osmose entre sons et mise en scène sans aucun temps mort, dont la fluidité donne vraiment l'impression d'assister à un seul morceau qui s'enchaine.

L'entrée en matière étant si radicale, ceux qui découvriront l'univers des Chemical Brothers avec ce live risquent de rester perplexes, mais en tout cas vivront une expérience peu commune, pour un concert filmé comme il n'en auront jamais vu !

Quant aux fans de la première heure, ils seront évidemment comblés, rassurés de voir que les (faux) frangins restent encore les maitres du royaume, toujours prêts à offrir à leurs sujets ce qu'ils attendent d'eux, et même plus !

Et c'est bien de cela qu'il s'agit : plus fort, plus grand, plus fou, plus fun, "Don't think" élève le rang de l'hédonisme musical à un stade rarement atteint.

Point d'orgue du show : une interprétation démentielle de "Escape Vélocity" de plus de 10 minutes, qui fait -littéralement- danser la lumière, et met encore un peu plus en délire un public déjà en transe !
Il faut dire que des bombes comme "Do it again", "Hey Boy Hey Girl" ou "Out of Control" avait déjà bien balisé le terrain pour convertir le public à leur cause, chaque morceau semblant n'avoir qu'un seul but : enterrer le précédent et booster encore le public d'un cran (on suit certains spectateurs durant le concert, et la majorité finit dans un état second au bord de l'hystérie collective !).

Certains groupes font de la musique engagée, d'autres à textes, d'autres révoltée.
Les Chemical Brothers, eux, font juste de la musique qui fait du bien.

Mille mercis à eux
!

 

04/2016 - A.G