Games -
MASS EFFECT : la trilogie
Une production Bioware
PS3, Xbox 360

La trilogie vidéoludique "Mass Effect" est reconnue par tous (joueurs et critiques) comme une référence, alliant à la fois une forte mise en scène hollywoodienne et un plaisir de jeu de tous les instants.
Au-delà de ces considérations, il s'agit aussi et avant tout de l'univers SF le plus intelligent et riche qu'on nous ait offerts depuis des lustres !

La trame se rapproche d'ailleurs fortement d'une proposition filmique : alors que l'humanité est entrée en contact avec des races extraterrestres développées et tente tant bien que mal de s'insérer dans ce nouvel ordre social galactique, le Commandant Shepard met à jour un complot ancestral des Moissonneurs, race technologique surévoluée dont la mission est d'épurer tout les 50000 ans l'univers de ses civilisations "nuisibles"... dont la nôtre !
Face à l'incrédulité de tous, il devra lui-même rassembler une équipe de francs-tireurs de toutes races afin d'endiguer la menace.

Ce résumé ne fait bien sûr que survoler le scénario, dont les ramifications se développent au fil des heures de jeu, jusqu'à englober des thématiques extrêmement pointues et inattendues, proche de la métaphysique et du commentaire social (le racisme, par exemple, occupe une place importante dans les relations entre les personnages, mais n'est jamais abordé de manière manichéenne).
Jusqu'à présent, seule la saga "Metal Gear Solid" avait réussi à aller aussi loin dans la richesse et la complexité d'un univers de jeu, mais là où l'œuvre de Kojima se perd parfois en détours qui entrainent une certaine confusion, les "Mass Effect" restent en permanence d'une fluidité et d'une limpidité vraiment épatante de maitrise.

Exploit d'autant plus impressionnant que l'ensemble des mécanismes de jeu est basé sur la liberté de choix (actions, dialogues) du joueur, qui de ce fait n'a jamais l'impression de se retrouver enfermé dans un tunnel narratif.
Passionnante de bout en bout, l'histoire de "Mass Effect" l'est donc à tous niveaux.

Mais encore mieux, la forme s'allie au fond pour procurer au joueur une expérience assez inédite, sorte de melting-pot de tout ce que les divertissements "sur écran" peuvent offrir de mieux : film interactif, jeu d'action survolté, pilotage de véhicule, infiltration, simulation sociale et spectacle permanent (certaines scènes renvoient "Star Wars" et "Battlestar Galactica" au bac à sable), il sera vraiment difficile de prendre la trilogie à défaut.
Tiendrait-on alors ici le jeu parfait ?

Evidemment non, puisque ce critère reste totalement subjectif.
Nombre de casual gamers s'y casseront les dents (et ce malgré les nombreux éléments paramétrables du gameplay) pour la simple raison que la série demande un certain investissement de la part du joueur, tant en temps qu'en attention. Il faut en effet pour profiter pleinement du jeu accepter d'en assimiler une somme d'informations quasi-encyclopédique, et même si cette immersion se fait progressivement, elle reste assez exigeante.

De même, et en toute logique, il faut être fan de SF pour pleinement apprécier la trilogie. Les clins d'œil sont nombreux et même si la saga adopte un ton et un traitement qui n'appartient qu'à elle, elle utilise des codes propres au genre : les allergiques aux voyages hyper-espace et aux aliens patibulaires peuvent évidemment passer leur chemin !
En fait, on pourrait même avancer que les "Mass Effect" représentent une parfaite synthèse de l'imagerie SF, tout comme l'avait été "Matrix" pour le cyberpunk.

Au final, en faisant abstraction de ses quelques défauts et bugs d'affichage occasionnels, il reste de la trilogie une impression d'immersion et de cohérence qui laisse pantois, et des images qui restent gravées en tête des jours après avoir clôturé les jeux.

J'aimerais de nouveau être à la place de celui qui découvrira cette fantastique aventure pour la première fois…

 

04/2016 - A.G